Plexus-S

un site proposé par Mathieu Brosseau

À propos       Bio et présentation       Liens       Agenda      Contact     
Accueil du site > Plexus-S, auteurs invités > Pour l’amour de l’alternance
Pour l’amour de l’alternance

vendredi 22 mai 2009, par David Christoffel dans la rubrique Plexus-S, auteurs invités

tu ne m’as pas écrit depuis un mois et demi

je te répondrai dans un mois et demi

il faut voir ce qu’on peut faire

tu fais bien de dire si c’est pour

je ne fais pas toujours exprès ce que je peux

on voit bien ce qu’il faut faire quand on sait mal

c’est vrai observant attentivement faire toujours un peu plus

tu survoles et tu remarques et de la fumée on finit par aimer

regarde ce qui peut être rebondi en disant ça qui plus est

ceux qui voient bien ce qu’on veut dire n’étant pas

ceux dont on aimerait qu’ils nous écoutent c’est bien ça

ils ont 600 ans comme ils font cela si bien tout ce qu’imagine

brandir la montagne c’est pas le genre d’aider les gens

tu pourrais retourner balayer ta chambre triangle infernal

j’atterris doucement une fois que la description favorable

des plumes de couleurs variées caractéristiques tout à fait

j’avais pourtant proposé des moyens sûrs peut-être un peu trop

au cas où les loups reviennent ce n’est pas le plus grave

il a compris pourquoi ce qui explique des cris au loin

comme tu as cru un moment que la forêt était en feu

parfois cauchemar on donne de ces noms c’est pour ça

tout laisse à penser je ne me suis pas approché davantage

le lieu n’était pas fait pour être solennel et justement

le propos qu’il entendait n’était pas non plus question de solennité

poursuivre la créature très très puissante pour te dire

il ne s’agit pas à moi tout seul parler beaucoup tranquillement

la dernière fois elle s’est même le laboratoire disons depuis

redoutable de nous repérer du plaisir de dire qu’ensemble

le temps que les connections répètent qu’elles se font tant pis

je souhaite que nous avancions précautionneusement avec forêt

juste pour dire que mes devoirs question de savoir où on marche

au bout d’un bon moment l’endroit le passé de la marche essayer

c’était dans les récits hérétiques tu devrais de l’utopie papotis

on est là dans la nuit encore un pas dans ce truc qui bouge

des noms très longs pas complètement imprononçables

une table toute nue l’ordre déjà fond du placard inversé

en fonction de la manière dont ils vont réagir pas trop gros néons

je sais qu’intérieurement tu n’interviens jamais directement

quoique ce soit qu’il y avait un demi-cercle explicitement sacré

pour les autres se plaque t’observer chez soi le lieu trop souvent

l’occasion très paisible regard haineux pas tous les jours

des groupes commencent à se contracter apprendre à voir

toutes les chaînes convergent à bien qui veut entendre un milieu

et dès qu’on sort de l’univers-là se préparer sans rien lancer

tu vois que derrière toi pour se mettre la tension qui occupe

doit-il avoir plus de 170 mots pour désigner les relâchements

tout le monde le fait de briser l’objectif qui était le sien

mais personne le temps de considérer l’éclat de tous

la trame fait varier l’intérêt qui est le fait qu’une fiction

c’est l’adversaire très coriace qui a dit qu’il ne faut pas rêver

c’est sûr que son rôle n’est pas pour grand-chose dans ce qu’il dit

j’ai très faim mais je voudrais que cela indépendamment du reste

tu n’arriveras donc jamais à faire un dîner avec sérénité

les histoires de feu dans la forêt c’était pour ça

je fume encore un pas dans l’armoire haineuse et déconnectée

ceux qui reprennent toujours tout quand on leur demande pas tant

on espère encore un trou à moins qu’un autre mot devant

peaufiner personnage si c’est en attendant de déférer

multimodal si seulement voit-il bien qu’il en est une demi-heure

encore un peu loin même si toutes les questions de chemin

c’est pour au-dessus de son drame que vous me dites ça encore

David Christoffel

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | réalisé par Rature.net